Michel Godard et le Serpent villefranchois

Michel Godard et le Serpent villefranchois

Arrivé sur place dimanche pour deux concerts mardi et mercredi, Michel Godard tenait à voir le serpent de Villefranche de Rouergue. Il a vu… et nous avons entendu. Selon Michel Godard, l’instrument est de bonne facture, œuvre d’un facteur et non, comme on a pu le lire, d’un amateur. Peut-être l’ornementation (nageoires et gueule de dragon) a-t-elle été surajoutée par la suite, comme on « customiserait » de nos jours une guitare. La signature « Armand fecit », unique en son genre, pourrait dès lors être celle du « customiseur ». En dépit des années et surtout de la sécheresse du bois – ce serpent n’a pas été joué depuis plus de 10 ans, le son est net et franc. Il faudrait, dit Michel Godard, huiler le bois et le réhumidifier pour connaître exactement la sonorité propre de l’instrument. Affaire à suivre !

© D Gastellu/Demandez le Programme 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s