Sous le sapin…

Nous sommes tous pareils, chaque année c’est la même question : que diable offrir à nos proches, qui ont déjà tout ?

Comment ça, « que leur offrir » ? Mais de la musique, pardi ! En CD, en vinyle ou sous forme de fichiers, peu importe : de la musique.

Et pourquoi pas les nouveautés des artistes qui ont joué dans le Labyrinthe au fil de ces six éditions ? Leur actualité est particulièrement féconde cette année. Vous pourrez trouver tous ces albums chez votre disquaire indépendant préféré. Si pour vous les supports physiques sont passés de mode, téléchargez-les, mais dans un format qui restitue la finesse du travail des musiciens et des techniciens. www.qobuz.com, par exemple, propose des téléchargements légaux en qualité CD, voire en Haute Définition.

A tout seigneur tout honneur : L’Occitanie Baroque des Pénitents Noirs, où vous retrouverez les partitions de Villefranche de Rouergue rendues à la vie par l’Ensemble Antiphona dirigé par Rolandas Muleika avec quelques invités de haut vol : la magnifique voix de contre-ténor de François-Nicolas Geslot et le serpent de Michel Godard. L’album est paru sur le label Paraty, distribué par Harmonia Mundi. Un avant-goût ici :

Airelle Besson, que nous avons vue en 2015 en duo avec Nelson Veras, vient de sortir Aïrés, en compagnie du pianiste Edouard Ferlet et du contrebassiste Stéphane Kerecki. Un album coloré, mélodique, qui fait voisiner Bach, Ravel, Fauré et Tchaïkovsky avec des compositions originales des trois membres du trio. C’est paru chez Alpha.

L’ensemble Amarillis signe cette année Effervescence Concertante, consacré à des concertos de Bach et Telemann. Une façon de rassembler deux compositeurs qu’unissaient des liens d’amitié, même si leurs styles sont bien différents. C’est chez Evidence Classics, distribué par Harmonia Mundi. Amarillis a reçu le label européen Telemann 2017 pour la qualité de son travail sur ce compositeur.

Louis Sclavis, qui jouait en 2016 avec l’ensemble Amarillis à l’église des Augustins, est l’un des trois sommets d’un trio-triangle composé également de Dominique Pifarély et Vincent Courtois, dont l’album Asian Fields Variations est paru en mars dernier chez ECM. ELU Citizen Jazz, 5 étoiles au Fono Forum Jazz. Il a également fait paraître chez Intuition Records Loin dans les terres, un live enregistré au théâtre de Gütersloh, et il y a quelques semaines chez JMS Frontières, qui regroupe 18 compositions réalisées essentiellement pour des films. ELU Citizen Jazz. Un court aperçu d’Asian Fields Variations live ici : 

Bruno Tocanne et Rémi Gaudillat, que l’on a vus cette année au sein du quintet Canto de Multitudes, sont de nouveau ensemble, avec la pianiste Sophia Domancich et le vocaliste Antoine Läng pour un  hommage très remarqué à Robert Wyatt intitulé Sea Song(e)s. 4 étoiles Jazz Magazine, « Gros coup de cœur » pour les Inrocks, placé dans la Sélection albums du Monde, bref… un très gros succès critique. C’est chez Cristal Publishing. 

Elodie Pasquier, clarinettiste du quintet Canto de Multitudes, vient de sortir son premier album en tant que leader, Mona, sur le label Laborie Jazz. Un très bel accueil du public (nous étions à la sortie de l’album début septembre à Paris) et de la critique : ELU Citizen Jazz, « Indispensable » Jazz News… Plusieurs extraits en écoute ici : 

Andy Emler, qui joua en 2015 l’orgue de la Collégiale de Villefranche en duo avec Laurent Dehors, a commis cette année Running Backwards, paru sur le label La Buissonne, en quartet avec Eric Echampard, Claude Tchamitchian et le guitariste Marc Ducret. C’est juste formidable et avant d’offrir l’album à sa petite sœur (et d’en commander deux exemplaires pour en avoir un aussi), on peut trouver un concert complet à écouter ici : 

.

Katharina Bäuml, que vous avez pu applaudir à Villefranche en 2015 à la Chapelle des Pénitents noirs et en 2014 avec Michel Godard, a sorti cette année deux albums avec son ensemble Capella della Torre :

  • Da Pacem – Echo der Reformation, avec le Rias Kammerchor, sorti le 3 février sur le label DHM / Sony. L’album a remporté les 5 étoiles du magazine Diapason.
  • New Eyes on Martin Luther, où Capella della Torre voisine avec le jazzman Nils Landgren et le Knabenchor de Hanovre, paru le 26 mai dernier sur le label ACT Music.

Tout un concert là :

Michel Godard l’intarissable a fait paraître cette année sur le label italien Dodicilune le très suave Doux Désirs, en duo avec Ihab Radwan – que l’on a vivement apprécié aux Augustins cette année dans le concert Un Egyptien à Venise (qui fera à son tour l’objet d’un album, à paraître en 2018). Ecoutez : 

Enfin, l’étonnant batteur et percussionniste Lucas Niggli, vu avec Michel Godard en 2014, vient de sortir l’album Beyond en trio avec Jürg Wickihalder au saxophone et Barry Guy à la contrebasse. « Un très bel équipage », dit Citizen Jazz, et c’est en effet particulièrement réjouissant. Le label ? Intakt Records, fidèle à Lucas Niggli. Un coup d’oreille ? Ici :

Joyeuses fêtes à toutes et à tous, en musique !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s