Étiquettes

, , , , , ,

Derniers concerts du festival ces lundi et mardi, on n’a même pas eu le temps de poster les nouvelles.

Lundi, Polyphonia Sacra avec les ensembles Vox Bigerri et Antiphona à l’église des Augustins : surprenant et beau, le contraste des voix âpres des polyphonies sardes, corses, bigourdanes ou landaises et de la suavité baroque. Deux esthétiques apparemment divergentes mais qui se rejoignent, comme la pierre et l’air, en une intersection fertile : celle de l’humain et de l’art.

(Le programme de Polyphonia Sacra est ici )

Mardi enfin, à deux reprises (20 h et 21 h 30), Antiphona offrait à la chapelle des Pénitents Noirs  un « divertissement lyrique » mêlant amours profanes (Monteverdi, Mir y Llusá, Charles Levens) et amour divin (« Sacrificium Abrahae » de Charpentier).

(Programme du concert « Amours Sacrées, Amours Profanes »)

De très belles voix solistes : Cécile Moureau Bertin et Marlène Moly, toutes deux sopranos, les ténors Pierre Perny et Clément Lanfranchi, la basse Raphaël Marbaud et le contre-ténor Arnaud Raffarin, brillant dans le rôle d’Isaac et dans le duo « Pur ti miro » avec Marlène Moly, et très ému de savoir sa compagne sur le point de donner le jour à leur premier enfant, à 150 kilomètres de là. Notons que trois de ces six solistes jouaient pour ainsi dire « à domicile » : Pierre Perny et Cécile Moureau sont lotois et Marlène Moly est native de Villefranche de Rouergue.

La surprise du chef, ce fut, lors du second concert, de voir Rolandas Muleika se joindre à Clément Lanfranchi pour un (trop ?) court moment de chant grégorien.

L’ensemble instrumental se composait lundi de Saori Sato (orgue positif), Géraldine Bruley (viole de gambe), Laura Prieu et Fanny Vieille (violons) et Frédéric Bernard (théorbe). Mardi, toujours sous la houlette de Rolandas Muleika, nous retrouvions Laura Prieu et Fanny Vielle, entourées d’Olivier Papillon à l’orgue, Patrick Vivien au théorbe et de Juliette Vittu au violoncelle.

Qu’ils soient tous remerciés pour la qualité de leur interprétation et leur ardeur à incarner la musique.

Bon, c’est fini maintenant ? Pour cette année oui, c’est fini. Enfin presque : dans les jours qui viennent, nous aurons l’occasion d’ajouter ici des photos et quelques vidéos. Mais surtout, on revient l’an prochain, et on vous prépare d’ores et déjà des surprises. Des belles.

Restez connectés !